Combinaison voie du Souvenir / Makhnovtchina 1000m 7b ( Pic sans nom / Ecrins, France, 3913m )

Publié: 07/31/2021 dans climbing, escalade, grimper

Epilogue:

Enfin de retour en montagne, presque 10 ans sans pouvoir vraiment marcher. Pour faire de l’alpinisme il faut aimer et pouvoir marcher ! C’était impossible avec ma hanche usée par l’arthrose, justement à cause du trop-plein d’alpi (3 grosses courses par mois) et de trail (10km de D+ par mois) durant les 15 années précédentes. Petit message aux jeunes d’aujourd’hui : pensez à votre futur un minimum et allez-y tranquille ! Prenez de vrais repos, variez les activités, prenez soin de vous, une grosse course par mois maximum et profitez des amis et de la famille. Les montagnes seront toujours là !

Bref, tout çà pour dire qu’un an après le remplacement de ma hanche par une prothèse je peux enfin marcher plus d’une heure et écarter les jambes dans les dièdres. Donc retour à la montagne avec l’énorme réalisation d’ouverture du copain Baptiste Obino ce printemps en solo !! Donc bien motivé pour y aller, je m’entraine à marcher en chaussure d’alpi avec un sac, rude après tant d’années sans aucune pratique d’endurance mais la motivation est là. Après un but météo improbable avec Baptiste en Juin, c’est avec mes potes surmotivés que nous prenons la route pour une grande combinaison. Bravo à Bastien Gelinotte qui a géré toutes les longueurs en mauvais rocher comme si de rien était et à Florian Lecocq qui nous a tiré tout le long avec une caisse légendaire ! La loose pour moi qui me prend une pavasse sur la tête en pleine nuit au bivouac et qui perd un chausson au début au relais avant le 6b+ de la voie du Souvenir, la poisse quand tu nous tiens… Dure de continuer tout le reste de la voie en alternant pied nus et grosses.

Pour parler de cette combinaison, la voie du souvenir est seulement jolie dans les longueurs en 5/6, le reste n’est pas forcément intéressant dans un rocher moyen à mauvais. La liaison pour rejoindre la vire Chapoutot est vraiment Ecrinesque, mention spéciale pour la grande traversée de L12 un peu expo en mauvais rocher. Est-ce bien intéressant de passer par cette voie du Souvenir+Liaison plutôt que de remonter tout le glacier du Coup de Sabre et ensuite le pierrier et les longueurs tout aussi Ecrinesques ? En tant que grimpeur plutôt que marcheur, la question est vite répondue ! Dans tous les cas cela fait de cette combinaison une ligne vraiment logique et énorme de 1000m.
Heureusement la Makhnovtchina est un chef d’œuvre. Très bon rocher, du dévers, des bonnes prises bien franches, toujours des prises de pieds là où il faut et des zones de repos. Coté équipement il y a juste des pitons pour que ce ne soit pas expo, il faut s’engager par moment mais toujours avec des bonnes prises. Bien mémoriser les « méthodes » de chaque longueurs pour ne pas se perdre car l’itinéraire n’est pas si évident.

C’est avec Mitchka et Unchi Maka, une des plus belle voie des Ecrins !! Et une vrai course d’alpinisme en plus par rapport aux autres.

●Approche: 
Parking au pré de madame Carle, bivouac possible au bout de la moraine à la Balme François ou en face du Pic Sans Nom sur le glacier noir (cailloux ou neige en fonction de la saison)

●Socle (voie du Souvenir, Farges/Fine 1979): 

Voie du Souvenir : Photo B. Vedrines

(Descriptif basé sur le texte de B. Vedrines)
Attaquer le rognon de la base, formant le névé supérieur, par la gorge à sa droite (3b mouillé et engagé, peut être verglacé). Je me demande si ce ne serait pas mieux d’esquiver cette longueur sordide en contournant par la gauche le gros bastion rocheux, la partie en rocher pour accéder au névé supérieur à l’air plus courte, moins raide et plus sèche ?
Atteindre alors la base du névé supérieur. Le contourner par la droite, monter en direction d’une tourelle marquée. Sur la gauche de cette tourelle, emprunter une rampe coupée par un dièdre raide aux blocs encastrés (4). On arrive dans une zone plus facile en rocher blanc (névé souvent présent, déversoir), moins bon.
Monter alors au plus facile en direction du haut de la tour rouge caractéristique, en montant d’abord vers la gauche, puis vers la droite, avant de traverser complètement à gauche, pour arriver au-dessus de la tour rouge. Les principales difficultés commencent ici.

Une variante plus grimpante (non décrite) permet d’escalader la tour rouge par le fil pour plus d’homogénéité.

L1 : 5c. Laisser le dièdre sur la droite (flanc droit du fil), monter sur le fil et escalader une belle fissure amenant à une terrasse. Relai sur pitons et becquet (cordes en place).

L2 : 6a. Traverser à droite sur une dalle pour aller chercher le dièdre en oblique vers la droite. Le suivre (un pas difficile au milieu) jusqu’à une terrasse inclinée au pied d’une dalle. Relai sur pitons.

L3 : 6b+. Traverser la dalle exposée vers la droite, pour aller chercher un premier petit toit (piton visible depuis le relai, discret). De là, monter 2 m, laisser un semblant de dièdre raide tout droit, et effectuer un pas de traversée pas évident à l’horizontale à droite (bitard douteux), pour prendre pied sur une dalle déversée, en amont d’un toit franc. Traverser à l’extrémité droite de cette dalle, et passer l’angle surplombant (pitons, artif possible) pour en sortir par un pas physique à droite. Monter vers la droite et revenir à gauche. Relai à côté d’une belle dalle sur la gauche.

L4 : 6a. Traverser sur la dalle à gauche, expo (1 piton), pour aller rejoindre le dièdre. Le suivre pour arriver au bord gauche de la grande dalle peu inclinée de la face.

L5 : 3. Traversée à l’horizontale à gauche (1 spit présent, bivouac original). Relai au pied d’une cheminée.

L6 : 5c. Suivre cette cheminée évidente.

L7 : 5b. Continuer dans la cheminée, passer au plus facile et sortir dans une zone plus facile, une large vire sous le bitard sommital.

L8 : 5c. S’engager dans le dièdre fissuré à gauche du bitard formant le dernier ressaut de la voie. Relai au premier 1/3, sur un gros becquet sanglé.

L9 : 6a. Suivre le beau dièdre pouvant être mouillé (un pas dur au milieu) et sortir à gauche.

On arrive sur une zone facile de ressauts faciles et d’éboulis pourris, marquant la liaison entre les deux voies.

●Liaison pour rejoindre la vire Chapoutot:

Tracé de la liaison entre la fin de la première partie de la voie du Souvenir et la vire Chapoutot

L10 : Remonter des éboulis très faciles tout droit puis vers la droite jusqu’à un épaulement. On distingue le début de la vire Chapoutot qui se dessine par une strate caractéristique. Fissures larges en mauvais rocher semblent y amener.

L11 : Traverser un cône puis remonter un 2ème épaulement sur une vingtaine de mètres en rocher pourri. Relai sur becquet sous les 2 dièdres, et au début d’une rampe allant vers la droite.

L12 : 5, 50m. Traverser à droite en s’engageant sur cette rampe raide, la suivre en légère ascendance droite (4 puis un passage raide en 5 expo, rocher délicat).

L13 : 5c, 40m. Redescendre sur une vire facile par un bombé les pieds dans le vide et traverser à droite sur 20 m pour buter contre un mur raide en bon rocher, environ 25 m sous la vire Chapoutot, que l’on devine. Monter droit au plus facile jusqu’à la vire (bon rocher, belle longueur).

On arrive au début de la vire confortable (bivouac possible pour 2 cordées maxi), relai sur le premier becquet.

●Bastion (Voie Makhnovtchina, B. Obino 03/2021) :

Voie Makhnovtchina : Topo B. Obino

La voie commence droit au-dessus de la longueur précédente, par l’escalade d’un gros bloc collé au rocher situé 20m à gauche d’un relais en corde blanche qui correspond au départ de « l’éloge de la fuite ».

Pour la première partie en passant par le glacier du Coup de Sabre, se référer au tracé (bleu) en meilleur rocher du début de « T’as mis un bon piton ? » de Hélias Millerioux : http://www.helias-millerioux.fr/sorties/ouverture-au-pic-sans-nom

L1: 7a, 30m. Droit au-dessus du bloc dans un mur compact mais protégeable, viser un petit dièdre (2 pitons), en sortir à droite, revenir à gauche vers une colonnette un peu creuse (protections à sa gauche), faire un crochet 1m à droite dans une fissure fine, repartir à gauche pour ensuite retrouver un dièdre en ascendance à droite. Relais sur friends (1 câblé en place) suspendu.

L2: 6c 25m. Départ difficilement protégeable mais facile, puis traversée 3 mètres à droite (1 piton), repartir dans l’axe jusqu’à une marche (1 piton), continuer en ascendance à droite pour revenir à gauche, faire relais dans une tache noire (2 pitons).

L3: 6c+ 30m. Traverser de 2 mètres à droite peu engageante dans un rocher compact pour trouver un piton caché, monter au mieux dans la dalle compacte pour atteindre une fissure plus facile. Continuer en louvoyant jusqu’au relais sur une vire sous les surplombs noirs à gauche (2 pitons).

L4: 7b 30m. Remonter sur la droite un ensemble de petites fissures, puis partir à gauche dans une fissure/dièdre bombée (grosses prises, dévers, 7a). Au-dessus on arrive à un deuxième bombé fissuré qui mène à une rampe ascendante à gauche (placer un bon friend n°2). Ne pas suivre cette rampe mais traverser horizontalement à droite dans le bombé/pilier (crux) vers un mur compact au-dessus des surplombs en visant une grosse prise plate et large bien visible (micro fissure pour petit câblé et alien bleu avant). Un piton caché se trouve juste derrière (un rurps de 2 cm). De là une belle section technique en ascendance à droite amène vers un autre piton, par un léger crochet par la droite rejoindre le relais dans l’axe (1 câblé et 2 pitons). Attention au tirage dans cette longueur.
NB : possibilité de sortir sur l’arrête en continuant la rampe ascendante à gauche en cas de but au crux.

L5: 7a+ 30m. Monter dans l’axe du relais pour atteindre 2 pitons et partir en ascendance à droite pour atteindre un bombé puis par un petit crochet par la droite, franchir un mur compact qui mène à un piton. Bien gérer le tirage. Relais dans l’axe dans un dièdre (2 pitons).

L6: 6a 30m. Monter droit au-dessus du relais dans une cheminée pour gagner l’arête Nord-ouest du Pic sans Nom.

Prendre l’arête en restant sur le fil, voir en versant ouest jusqu’au sommet. 200m alternant rocher moyen et bon, qq longueurs en 5.

●Matériel:
Prendre un jeu de friends du 000 au 0,75 en double avec n°1 et n°2 en plus. Un jeu de petit et moyen câblés peut s’avérer utile. 4 rallonges pour gérer le tirage et sangles de 150 ou 180cm pour trianguler les relais et becquets.
Sac de hissage pour L3 de la voie du Souvenir et L1 à L5 de la Makhnovtchina.

●Descente:
Du sommet, suivre l’arête S au plus facile pour atteindre facilement et rapidement la brèche 3773 m séparant le pic central du sommet W, c’est là aussi qu’arrive le couloir NW du Pic Sans Nom. De cette brèche, désescalader plein E jusqu’à une petite brèche formée par l’arête rive gauche du couloir E de la brèche 3773 m. Passer cette brèche, emprunter le couloir puis sa rive droite (rappel en place possible, sinon désescalade possible en rive droite, raide mais facile). Continuer à descendre toujours assez proche du fil, en restant sur le flanc gauche de l’arête initiale, jusqu’à surmonter de 20 m la large banquette de la face, sur la droite en descendant. De là, un rappel de 25 m sur 2 pitons amène sur cette banquette. La suivre vers le S, passer sous le grand couloir E de la brèche 3773 m, continuer à traverser, passer à une fenêtre carrée (gros bloc) pour atteindre facilement une arête. Désescalader cette arête en direction de la Brèche Supérieure de Sialouze.
De là, 5 rappels chaînés (ou 6 selon l’état du glacier) amènent sur le Glacier de Sialouze. Traverser ce glacier jusqu’à la bosse de Sialouze, d’où l’on rejoint la voie normale du Pelvoux et son sentier bien marqué, jusqu’au refuge (quelques pas de désescalade facile).
Possibilité de redescendre en rappel après R6, voir tracé complet (relais à refaire éventuellement) – Ou dans la voie elle-même moyennant cordelette pour refaire les relais – puis désescalade et un rappel final pour rejoindre le glacier du Coup de Sabre.
Sauf en hivernale, ne pas descendre par le couloir NW qui purge beaucoup et bien sec en été.

●Horaires:
Approche du pré de Madame Carle à la Balme François : 1h30 + 1h30 jusqu’au Glacier noir sous le Pic Sans Nom + 8h socle voie du Souvenir/Liaison jusqu’à la vire Chapoutot + 6h mur raide de la Makhnovtchina + 2h arrête sommitale + 3h jusqu’au refuge + 2h parking d’Ailefroide.
La voie peut se faire à la journée, soit en dormant à la Balme François, soit au pied de la face sur le Glacier Noir (2800 m). On peut aussi l’envisager depuis le Pré de madame Carle à la journée, avec une excellente cordée très rapide.

●Orientation:
L’orientation est N pour la première partie, NW pour la seconde (soleil à 13h en été à la vire Chapoutot).
Bivouac possible sur la vire Chapoutot. Mais pas d’eau en été (neige au sommet sinon).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s