Voyage au Buristan

Publié: 09/21/2022 dans Uncategorized

Pic de Bure (Dévoluy, France)
Voyage au Buristan, 500m, 8a max, 7c obligatoire
Arnaud Petit et al.

Thomas devant le monstre

Ayant fait la Demaison plusieurs fois au début des années 2000, je ne cessais pas de regarder ce grand pilier à droite, immensément raide. C’est en 2011 quand j’ai entendu dire qu’Arnaud Petit et mon pote Thibault Saubusse, Sylvain Millet, Stéphanie Bodet et Aymeric Clouet s’attelaient à l’ouverture d’une grande voie à cet endroit, je me suis d’abord dit : quel chantier ! mais aussi quel rêve !

Et maintenant, en 2022, c’est chose faite ! Arnaud et ses amis avaient à l’époque ouvert jusqu’à la moitié puis une belle équipe a fini avec brio le projet !

topo

Après une première ascension remarquable en libre par Frederica et Aymeric en juillet, c’est à notre tour avec la machine Thomas Joannes d’aller se frotter à ce monstre.

On tente le « à vue » en deux jours sans repérage, le temps est beau, frais et sans vent. Thomas, solide dans ce niveau aurait pu tout faire à vue sans soucis si ce n’est une malheureuse zippette dans L2 et une casse de prise dans L11, quant à L10 un micro bi-doigt invisible lui a couté hélas la croix dans cette longueur bien bloc que je remonterai bien à 7c+ et 7c obligatoire. Quant à moi, disons que 7c à vue en couenne est largement faisable mais là, sans traces et avec un rocher moyen ce n’était pas gagné ! Après m’être mis au taquet à l’échauffement pour enchainer la première longueur en 7c, j’enquille direct avec le 7c+ sans trop de repos et je craque à la fin… L3 8a, section pas évidente où bien fumé je perds l’équilibre dans le passage dur. L4 en 7c+, cramé physiquement je n’avais plus beaucoup de rési pour chercher les petites prises, gros combat. Après une longue nuit de repos, les deux longueurs dures se passent bien. Je tombe aussi dans la L10 en 7c au même endroit que Tom mais dur dur de faire la section, même avec la prise cachée… Le 8a qui suivra se passera plus facilement en ayant vu où passer grâce à ce solide Tom ! La suite, plus facile sur le topo n’est pas à négliger tout de même avec un caillou demandant de l’attention et de l’itinéraire.

Hissage de sac dans L3, dévers !

En tout cas, merci infiniment et respect à tous les ouvreurs qui ont osé se frotter à cette imposante face ! Sacré mission et motivation de passer au plus raide dans ce rocher parfois douteux. A ma connaissance c’est la voie Française la plus difficile dans ce style que l’on pourrait qualifier d’Alpin. Une future classique parmi les grandes voie dure à coup sûr !!

Approche
1h du chalet + rappel = 1h30

1ère partie 230m
A l’ombre dès le matin pour L1 et L2 puis à partir de 12h pour la suite

L1 7c 40m
Deux premier mètres communs avec la Demaison, puis tout droit ! Totem noir pour atteindre le premier spit.
Bien technique et physique qui navigue et final technique. Rocher demandant de l’attention.

L1 entre les toits, du monde à gauche dans la Demaison

L2 7c+ 30m
Magnifique dièdre physique qui monte crescendo jusqu’au bombé. Très bon rocher.

L2

L3 8a 50m
Assez soutenu avec une section pas évidente au milieu.

L3 au niveau du crux

L4 7c+ 40m
Grand mur raide très continu sur rocher pas évident à lire.

L4, Thomas détendu dans le 7c+

L5 6c 50m
Belle longueur qui termine en dalle jusqu’au premier relais.

L5 raide !

L6 6c 40m
Mur raide de qualité moyenne

L6

L7 6a+ 30m
Rocher moyen qui permet de rejoindre le bivouac

L7

Bivouac
Pour deux personnes, prendre des matelas courts car couchages pas très longs, toilettes sur la vire à droite.
Possibilité de plus grand bivouac plus à droite sur le sommet de l’éperon, accessible par le relais suivant.

Bivouac classe !

2ème partie 280m
Au soleil l’été de 7h à 13h (il peut faire très chaud dans les longueurs L10 et L11 avec le soleil dans les yeux…)

L8 6c+ 20m
Un court bombé physique.

L9 7a 40m
Une belle grande longueur bien raide en rocher parfois moyen.

L9

L10 6b+ 30m
Bien raide dans un mur compact mais avec des prises douteuses

L11 7c 40m (7c+ ?)
Départ en rocher moyen puis un pas de bloc dans le bombé blanc (micro bi-doigt blanc à trouver au-dessus des inversés), 7c obligatoire. Puis fin en dalle pas évidente.

L11 au crux

L12 8a 40m (7c+ ?)
Gros bombé à passer en louvoyant sur prises correctes puis fin en dalle dans un rocher incroyablement compact et adhérent.

L12 sous le bombé

L13 7a 40m
Beau rocher puis dernier tiers en rocher pourri (bien passer à droite)

L13, beau mur de départ

L14 6a+ 30m
Départ et fin en rocher mauvais pour rejoindre une vire.
10m de traversée à gauche pour refaire un relais au pied du pilier

L14

L15 6c+ 40m
Grand pilier raide en rocher douteux, bien rester à gauche sur la fin.

L15, dernière longueur où il faut rester concentré

Sortir au sommet par l’arrête, 120m de corde tendu ou relais sur un spit à 60m.

Sommet !

Descente
1h jusqu’au chalet par la combe de Bure avec un rappel de 30m

Le pierrier après le rappel

MATOS

  • Corde 60m opera
  • Corde hissage 60m gully, avec 70m çà permet de hisser le premier sac tout seul jusqu’au relais puis le deuxième à deux
  • 14 dégaines + 2 rallonges Friends 0,3 à 0,5 pas forcément utiles pour grimpeurs solides dans le niveau et le style

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s