Bachibouzouk, M8 200m, Roche Parnal (74)

Publié: 12/23/2022 dans Uncategorized

Une grande voie de mixte devenue classique !

Au-dessus de la Roche sur Foron en Haute-Savoie, Bachibouzouk est facilement accessible et souvent en condition.
Voici un descriptif complet à la suite de mes 5 parcours, j’ai réajusté les cotations par rapport à ce qui se fait ailleurs maintenant et grâce aux matériel performant.

Ouverture durant les hivers 2004/05 et 2006/07 par C. Allain, D. Bétemps, N. Brodie, S. Gilderon, A. H. Itinéraire audacieux pour l’époque où le perfo a été largement utilisé pour améliorer des prises et créer des pieds. Son parcours n’en n’est pas pour le moins sympathique et largement recommandable.

Accès :
Se garer au parking du Chesnet au-dessus du village Orange. Point 1172 ou 100m avant sur un replat si trop de neige.

Approche :
Souvent à pied si peu de neige (bien tracé par les randonneurs) ou raquettes/ski. 1h à 1h30 selon les conditions d’enneigement.
Prendre la piste qui monte en direction du chalet de la balme et au moment ou elle se sépare, prendre le chemin qui monte à gauche. Continuer jusqu’au point 1494 puis remonter jusqu’au petit col (pas le col de cou mais avant) pour traverser à droite dans une foret de sapin jusqu’au pied de la face Nord de la Roche Parnal. Le départ de la voie se situe sous un grand toit, une pelle à balayette blanche est fixée à 3m de hauteur au niveau du départ.

Départ L1, Bastien Gelinotte

Matériel : Corde de 60m, hissage très facile. 14 à 16 dégaines dont 2 à 3 rallonges pour L3. 2 à 3 broches courtes. Crampons bien affutés et lames dry.

Conditions : çà passe même si pas un brin de glace mais par contre il faut qu’il gèle sinon les touffes ne tiennent pas.

Voie :
L1, M6, 30m : Départ sur petits trous forés pas évident à voir, premier point assez haut. Puis grande traversée ascendante pour terminer sous le toit (1 spit ou une petite broche si glace) avec le relais 2m à droite.

Octave Garbolino au milieu de L1 avec pas mal de glace à la fin


L2, M8, 30m : Une grande traversée ascendante à droite sous le toit avec quelques résurgences gelées qui aident à la progression. Mieux vaut avoir des pointes assez grandes et affutées. Difficulté crescendo avec une section plus difficile (où l’utilisation des mains peu s’avérer utile) avant la traversée horizontale sur des petits trous forés. Toute cette longueur peut se faire en A0, 14 à 16 dégaines.

L2, Thomas Joannes


L3, M7, 20m : Départ au-dessus du relais bien plus évident avec glace mais çà passe sans aussi. Puis traverser à gauche avec un mouvement pas évident au niveau d’une prise cassé qu’il faut prendre en verticale sans relâcher la pression, de cette position aller chercher un gros trou foré invisible au milieu de la dalle noire. Possible en A0. Puis continuer sur 3 prises améliorées pour terminer tout droit jusque dans une niche. Bien gérer le tirage.

Départ de L3 en glace, Gaetan Raymond


L4, D7, 25m : Longueur pur dry entièrement forée et très bien équipée. Au niveau des grelots, partir à gauche, petits trous pas forcément évidents à trouver. Relais 10m plus haut à droite sur la vire.

L4 en mode dry-tooling, Thomas Joannes


L5, M4, 30m : 1 spit plus loin au bout de la vire large puis un spit au milieu de la dalle lisse. Nécessite de bien dégager la neige pour le trouver… Puis une section pas évidente les pieds dans la dalle pour rétablir et clipper un spit plus haut afin de rejoindre le relais dans une niche à droite.

L5 en mode sec avec Simon Duverney


L6, M6, 30m : Droit au-dessus du relais avec 3 rétablissements dans la terre pour rejoindre un beau dièdre pour atteindre les touffes d’herbes et terminer par une traversée à gauche sur une petite vire.

L6, Octave Garbolino


L7, M4 à M7 en fonction de la glace, 30m : Pas évident selon les conditions, prendre 2 ou 3 broches courtes si les spits sont recouvert de glace. Dans tous les cas il y a un spit 2m au-dessus du buisson après le relais, sur une sorte de petite marche inclinée dans la dalle légèrement à gauche, souvent sous la neige. Celui-là il fait du bien si vous le trouvez. Sinon un spit plus loin à gauche sur un petit éperon 2m sous les écailles inversées, un autre 1m plus haut puis un spit 1m au-dessus des écailles et un dernier 2m au-dessus avant de rejoindre le mur de touffes. Continuer dans le dièdre/rampe, glace puis un spit et faire relais sur un sapin à gauche.

L7 bien fournie en glace, regarder bien l’emplacement du premier spit. Ensuite Octave n’a pas clipé les suivants…


D’ici on peut redescendre en 4 rappels (60m obligatoire pour le dernier). R7, R6, R4 (en traversant sur la vire), R3. Sinon remonter 100m de couloir (gaffe aux accumulations pouvant engendrer des coulées) pour arriver dans une petite grotte, relais sur 2 spits. Puis un mur pas évident de 8m (2 spits souvent cachés par la neige), 2 petits sapins à droite. Sortir sur la croupe à gauche. Descente facile jusqu’au Col du Freu puis rejoindre le pied de la face.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s